Rechercher dans ce blog

vendredi 4 octobre 2013

L'avalanche du 8 mars 1991


Mes camarades, l'avalanche du 8 mars 1991

Monica Naggiar, tu étais la femme que j'aurais voulue pour ma vie. Souriante, aimable, douce et belle. Ma timidité légendaire m'a bien entendu empêché de m'approcher plus, comme un écolier boutonneux que j'étais. Aujourd'hui je sais que c'était en fait la bonne attitude, et non une infériorité de caractère ou un manque de courage. Je t'ai fais honneur comme je l'ai pu. Aujourd'hui je suis fier devant dieu de m'être comporté de la sorte avec toi. Lui il s'était arrangé pour me faire savoir que mon attitude lui avait plu. Le jour de ton enterrement, c'est ton père qui m'a dit que tu lui avais parlé de moi. J'ai compris ce que j'avais à comprendre. Aujourd'hui je sais que ce n'est pas un hasard si Carlos avait insisté pour venir dormir chez moi ce soir là, ce soir là où mon papa était appelé pour affaires ailleurs. Ce soir là Carlos tu as insisté pour allumer la télé juste avant les nouvelles, ce soir là nous avons appris ensemble par le journal télévisé la nouvelle de l'avalanche, et c'est aussi toi qui a fait le rapprochement avec le collège Champittet, rapprochement que je n'aurai de loin pas été capable de faire moi-même. C'est aussi toi Carlos qui insistais pour me faire savoir que cette avalanche te rendait très triste, surtout pour Monica... mais tu ne l'avais jamais fréquentée pourtant. Et les autres gens de l'avalanche, ça ne te rendait pas triste ? De quoi te mêlais-tu ? C'était pas ta classe. Tu n'étais là que pour enterriner le choc un peu plus fort, à la façon de tes traditions familiales dont mes lecteurs commencent à se faire une idée de plus en plus précise, malgré les taupes, les agents, les esclaves monarchs, et tout ce que vous pouvez bien placer dans la société pour plastiquer le débat démocratique, et empêcher l'information de circuler.

Hervé Pellet, le grand bonhomme agréable et doux, très sûr de lui, que tout le monde jalouse pour son assurance. Je n'étais pas proche de toi, trop complexé que j'étais j'imagine. Mais Sophie Giacobino elle, elle l'était, elle t'admirait, et t'aimait très fort. C'est sur ta tombe qu'elle a voulu venir se recueillir, le soir où j'ai pris la voiture de ma soeur illégalement. C'est bien ce soir-là que nous avons eu cet... accident de voiture. Sans autre commentaires. On pourra dire que vouloir venir sur ta tombe discrètement, à l'écart de tous ceux qui sont venus faire semblant, aura bien failli nous coûter la vie.

Philippe Lam. Le surdoué, celui qui bosse dur, et qui a toujours les meilleures notes. Le vietnamien. Un peu ironique comme personne, mais de façon agréable. Une référence. Quand les notes des examens ou travaux écrits étaient dites, si j'avais fait la même note que toi (c'était rare) j'avais l'impression de voler dans le ciel. Tu étais un idéal pour moi dans ce sens là. Un mystère au sens de ta personnalité. Aujourd'hui, je ne peux pas m'empêcher de revenir sur la forme de ta tête, maintenant que j'ai vu mon deuxième fils se faire torturer et finir avec une scaphocéphalie, j'imagine que tes parents sont passés par des moments comparables aux miens. J'en tire donc les conclusions logiques sur ce que les tyrans avaient décidé pour ton avenir. Déformer le crâne de certains enfants est une pratique qui était courante chez les pharaons, et même bien avant, apprend-t-on si on s'intéresse de près aux origines des 'dieux sur la terre'.

Luca Geddess, toi, tu étais le plus proche de moi d'entre ces gens à une époque. C'est bien ta relation à ta mère qui aujourd'hui me frappe le plus. Elle me frappe car elle me fait penser à la relation que j'étais sensé avoir avec ma 'mère'. Je ne m'étendrai pas sur ce sujet, mais il me suffira de dire que ce n'était pas la relation la plus équilibrée que j'ai vue. Fusionnelle, disent-ils quand ils parlent de ce genre de relations. C'est en tout cas la seule des parents d'élèves morts qui intentera un procès au collège Champittet après ce tragique événement. Ironique de se dire qu'elle intentera un procès à des prêtres catholiques, alors qu'ils étaient en fait la cible de cet assassinat multiple. Le but était de détrôner ces prêtres, et discréditer une institution catholique, dans la droite ligne des actions des armées secrètes de l'OTAN, qui vise tout le temps, les 'communistes', les franc-maçons qui leurs sont alliés, ainsi que les intellectuels de gauche, et surtout, des prêtres catholiques. L'avalanche du 8 mars ne fait pas exception, surtout quand on sait que c'est un 8 mars que les Russes annonçaient au monde qu'ils avaient la bombe. Ton père travaillait à l'agence spatiale européenne, l'ESA. C'est bien l'ESA qui devra renoncer à nous fournir un système de positionnement satellite proprement européen, au profit du GPS américain avec ses dix mètres d'erreur introduit volontairement.

Marc Terrier, le ténébreux jurassien, qu'Olivier de Frishing surnommait 'Jura'. Toujours en noir et Blanc. Un personnage mystérieux, mais comme tes amis morts avec toi, toujours agréable, éveillé, gentil. Je te connaissais mal, mais je sais aujourd'hui que c'aurait été un grand plaisir de le faire. J'imagine bien que dans tes connaissances là bas dans le Jura, il devait y avoir des béliers.

Olivier de Frishing, toujours ironique et en train de plaisanter, mais avec un sérieux qui faisait réfléchir. Tu avais tes manies. Au contraire de ce que j'avais connu par le passé, même si tu faisais le 'malin', tu n'avais rien contre moi, et cela me faisait réfléchir. La dernière fois que j'avais eu un 'malin' dans ma classe, cela m'avait coûté 40% de mon oeil gauche. Je me méfiais depuis lors. Tu m'a montré qu'on peut être fort sans être violent. Tu m'as montré que je n'étais pas forcément une cible pour toute la violence autours de moi. Je t'aimais bien et je t'admirais aussi. Ta façon de ne pas être réveillé le matin me faisait rire, et je m'en suis largement inspiré par la suite dans ma vie. Très doué, tu étais très doué aussi.

Vous étiez tous d'excellents élèves, promis à un avenir radieux. Je sais aujourd'hui que c'est pourtant votre destin qui vous a envoyé à la mort, comme autant de cibles de Gladio europe. Vos préférences 'politiques', ou celles de vos parents. Vous étiez droits, autant que faire ce peut à un âge comme le vôtre dans un pays comme la Suisse à une telle époque. Après les 'années de plomb', ce furent les années de rayons. Des juifs, des franc-maçons, un vietnamien, un indépendantiste jurassien. Autant que j'étais communiste je m'entends, ces gens-là ne se fatiguent pas à savoir si vous correspondez à l'étiquette qu'ils vous mettront au gros orteil. Le major Bougerolles dans une de ces interview repassées lors du débat publique de la RTBF sur les tueries du Brabant le fera bien comprendre avec son allusion à la 'couleur des chaussettes' de ses opposants politiques, et au fait qu'il est 'normal' de se servir de structures totalement illégales créées à cet effet pour aller la chercher cette dite couleur, il parlait du PIO (un furoncle du 'renseignement' US). Mais dites moi, si cette couleur ne plaît pas... Car moi, aujourd'hui, la couleur de l'esprit de mes camarades morts, je la connais bien, et je sais qu'elle n'aurait pas plû à cette espèce de major de pacotille. Vous n'étiez pas assez courbés, pas assez vicieux, pas assez gratuitement agressifs ou stupidement ironiques pour survivre dans un pays situé aussi loin de la Chine à cette époque. Aujourd'hui, c'est grâce à la Chine que des gens comme moi peuvent enfin respirer un peu. Enfin. Grâce aux satellites chinois, qui contrecarrent les efforts d'entreprises comme la DJEVA de Jeankyste. Les crises cardiaques, les accidents, les incendies, ce n'est plus seulement pour les gens respectables maintenant, on tient le Bambou comme dirait Artus dans le ONDAR show. C'est de notre côté que le manche se tourne.

J'ai appris de source sûre que vous mes camarades étiez au courant de ce qui se passait dans le monde à l'époque, c'était la volonté de mon papa que nous fussions dans la même classe au collège. Moi avec des gens aussi intéressants que vous. Je pense souvent à vous, de plus en plus souvent à vrai dire, et toutes les souffrances que j'endure pour contrer ceux qui vous ont tués me rapprochent de vous. Lorsque la mort arrivera pour moi, je sais qu'elle me rapprochera de vous, et cela me la rendra un peu plus douce. En attendant, j'ai du boulot.

Le chanoine Thétaz, quand à lui, je ne le connaissais pas, puisque je n'assistais pas à l'instruction religieuse, étant 'protestant', mais je me rappelle bien de l'affection que vous lui portiez, et mon souvenir est celui d'un homme débonnaire. Ceci est suffisant, largement suffisant pour posséder le royaume de Dieu.

Je ne peux m'empêcher de penser que la ressemblance de son nom avec le nom du Thêt, cette fête vietnamienne qui fut le moment où l'offensive décisive de la guerre du Vietnam fut lancée, n'est pas un hasard.
Ce qui est sûr, c'est que vous ne respectiez pas l'ordre établi d'écrasement des masses tel que Jean Christophe de Mestral et Pirkko Bechinie l'ont voulu. Vous étiez bien trop propres et intelligents pour cela.
Bien au contraire de ce qu'il restera de cette classe après cela, après cette avalanche (abstraction faite des survivants sortis des neiges). Après la fusion avec la classe parallèle, nous avons hérité des individus que l'on retrouvera des années plus tard, bien plus près de Jean-Christophe que la justice ne devrait tolérer. On en trouvera un lié directement au conseil de direction de la DJEVA justement, un autre plastronnant sur le net du haut de sa société 'RED IS DEAD'...

Ce qu'il faut maintenant mettre au clair, c'est la tournure que vont prendre les événements à l'avenir. Je veillerai à ce que ces choses soient sues, et que justice soit faite. Je me servirai des mes relations de plus en plus nombreuses et puissantes (malgré ma condition de SDF), Je veux qu'elle soit rendue publiquement, que vos exactions soient connues, ainsi que votre fornication. Dieu commande que l'on serve à Babylone au DOUBLE de ce qu'elle nous a fait. Je vais le faire, ou le faire faire. Vous ne connaîtrez plus de paix. Le Christ ne laisse pas les prières sans réponse, et bien qu'il diffère son jugement, et bien qu'il ait laissé les saints en prendre plein la poire, il précise bien que ce n'est que parce qu'il attend que la coupe soit pleine. Afin que sa vengeance soit complète, qu'il n'y ait plus d'excuse. A l'heure qu'il est, nous sommes bien avancés dans cet agenda. Sortez un instant de votre programmation télévisée pour comprendre que Fukushima c'est clairement une trompette de l'apocalypse. TEPCO a avoué encore une fois que la situation est HORS DE CONTROLE. Tchernobyl en comparaison est une blague un peu amère. Il y a dans la piscine du réacteur numéro 4, plus de barres de combustibles qu'il n'en faut pour empoisonner toute la terre de façon mortelle. Heureusement, le dernier livre de la Bible nous affirme que Dieu n'empoisonnera 'que' un tiers de l'eau sur la terre. Ouf.
Je crois que le manque de réaction de l'humain moyen face à Fukushima montre un peu le type de barrière mentale avec lesquelles nous vivons. Fukushima montre clairement que nous y sommes, c'est le moment, fini de rigoler. Mais la Bible nous montre aussi que même quand la lune serait devenue de sang, même quand le soleil aurait changé devant nous, devenant noir, même là, les hommes resterons des blasphémateurs.

Mes camarades ne sont pas morts pour rien, ils se sont levés, il ont luté, ils ont gagné leur place. Voilà ce que je pense. Avec Fukushima, je sais que le temps arrive à grands pas. La fin de Babylone est donc proche, il faudrait être aveugle pour ne pas le voir, ou ne jamais avoir lu le blog de Pierre Jovanovic par exemple. Babylone est allée deux fois dans le pays de gloire (l'Irak, il fait allusion à la gloire ancienne de la Babylone du début), Dans Daniel, on sait maintenant que c'en est fini des USA. L'influence nauséabonde de leurs satellites tueurs est en train de péricliter. Cette nation guerrière va donc s'écrouler d'elle même si ce n'est avec un petit coup de pouce que je lui donnerai volontiers en souvenir de Monika, Luca, Hervé, Philippe, Olivier ou Marc.

A force de me faire tirer dessus, j'ai fini par accepter ce que dieu m'a fait savoir, je dois appuyer de toutes mes forces le communisme véritable, c'est à dire celui qui accomplit la volonté des acteurs de la commune de Paris. Il s'agit de justice sociale, il s'agit de soigner les pauvres, de s'occuper des orphelins. Bien entendu que ces valeurs sont proches de celles de l'église véritable. Et eux, les accrocheurs d'étiquettes au gros orteil, du haut de leurs chaussettes très sales, ils ont appelé cela un 'complot'. Pauvre d'eux, qui n'ont pas su distinguer les signes des temps. Pauvres d'eux qui se sont appuyé sur les USA pour se garantir de dominer sur les pauvres avec un joug trop lourd, beaucoup trop lourd. Nos armées sont bientôt prêtes, de la fourmi à l'APL, en passant par moi, et bien plus encore.

Je ne cherche pas le succès, ni la gloire des hommes, si c'était le cas, je ne m'y prendrai pas comme cela. Je ne cherche pas l'argent en abondance. J'aurai bien aimé que l'on respecte mon droit, et de savoir que l'argent de mon papa sert à restaurer des tableaux sur lesquels il y a des tronches de connards qui sont les ancêtres puants de Jeankyste, ça me casse les couilles pour être honnête. Mais si je mets la main sur cet argent, soyez sûrs que je le mettrai à la disposition intelligemment du plus grand nombre. Dire cela c'est rendre fou, ou encore plus fous (si cela était possible) mes ennemis. Des Tyrans hyper-capitalistes obsédés de doctrines hallucinatoires, dont le cerveau divisé (dit la Bible, mais lisez 'schyzoïde' si ça vous arrange) cristallise l'égocentrisme à la face du monde, jusqu'à le pétrifier, à l'image des 'statues' de pompéï. Je ne cherche pas non plus à m'assurer absolument la victoire sur mon ennemi, je me fous de lui, il ne m'intéresse pas plus que cela. C'est Dieu qui m'a coincé contre un mur. Je ne peux pas vivre sans dénoncer ces enflés des chevilles. Plus je dénonce leurs exactions, plus je respire, car je suis lu, et ceci de plus en plus. Ma plume casse leurs murailles, et ferme leurs canons. Allez savoir comment.

Notez aussi avant de clore cet article, que lors de l'arrivée des parents d'élèves au collège en urgence le soir, pour savoir si leurs enfants avaient survécu ou non, ce sont en premier lieu de faux noms qui ont été donnés. Ils les avaient intervertis par 'erreur'... ? Non, ce sont les méthodes classiques, je l'affirme avec force aujourd'hui, de mes opposants politiques, de Gladio, de ces familles de tyrans, de ces fachos nostalgiques du troisième reich. Ces erreurs sont inexcusables, et ne seront pas excusées, une fois que les gens seront surs de ce que j'affirme aujourd'hui.

Notez bien que les profs nous avaient demandés par la suite à nous les compagnons de ces survivants, de ne PAS FAIRE MENTION de cet événement devant eux... afin de ne pas les 'faire souffrir' inutilement. Mais moi je sais maintenant que c'est faux, il fallait en parler, et en groupe en plus, c'est sûr. J'ai été en deuil, j'ai été face à la mort, j'ai connu des choses comme celles là. Je sais que cette idée de les ostraciser de la sorte n'a été émise que par des gens qui savaient très bien qui était derrière tout cela, et pourquoi cela avait été fait. Afin de s'assurer au maximum que la mort s'arrêterai là, ils ont tout fait pour satisfaire l'agresseur, et cela on peut le comprendre. Mais ce ne fut pas pour le bien des victimes, ni de ceux qui les aimaient, c'est sûr, je le sais, j'enh fais partie, et ce n'est que par les jours que nous vivons, que je me rends compte de la tristesse que j'éprouve à leur égard.
Encore une chose, connaissant ces enfants de putain que sont mes ennemis 'familiaux', je sais que suite à un article comme celui-là, il pourrait leur passer par la tête de tenter d'influencer une de ces familles pour me contacter et tenter de me faire retirer cet article, voir porter plainte contre moi pour telle ou telle raison. C'est une de leurs méthodes préférées, pousser une victime que vous défendez, par le chantage ou les menaces, à se retourner contre vous, ils le font car c'est extrêmement déprimant pour celui qui se bat, et ça le discrédite sèchement. Mais sachez à l'avance que je prie dieu de les frapper de cécité, et je demande à la Chine de les brûler sur place, s'ils tentent de faire cela. Je déteste que l'on s'acharne sur des morts, et ceux-là sont tombés dans l'oubli.

Pensez maintenant à Guerric Riedi sur la page du comité des anciens de Champittet, et à sa copine Waldmeyer, qui se trémousse en montrant la main ou le sexe de Guerric, dont la main forme une corne, un L de 'LOOSER', et à son sourire sarcastique... cela ne prend-t-il pas un sens plus profond par les temps qui courent ? Looser à l'église catholique, Looser à ce que je devais incarner comme petit porcelet de Pirkko si j'avais été dans la ligne désirée. Oui je pense que c'est le 'Looser' qui va de paire avec le RED IS DEAD, et qui va aussi de paire avec Cédric Jeanrichard et Waldmeyer qui sont liés sur LINKEDIN avec les patrons de HRAND DJEVAHIRDJIAN, le fournisseur des cristaux pour les lasers de TELSTAR, DJEVA dont Jeankyste est l'administrateur...

Je voulais aujourd'hui assurer qui de droit de l'admiration que je porte encore à ces jeunes gens qui ne sont pas morts en vain, ne serait-ce que pour l'inspiration qu'ils m'apportent. Là où ils sont ils doivent discuter avec Ho Chi Minh sous le regard bienveillant du Seigneur Jésus.
Je les aime.