lundi 17 décembre 2018

Un peu de technicité pénaloïde en amateur


Techniquement donc, avoir un salaire de plus de 20'000 euros quand on est à l'assemblée ou ailleurs, c'est de la non-assistance à personne en danger. Le pays est au bord de la ruine, la plupart des gens s'endettent, et donc se mettent en danger de se retrouver dans la rue, au moment où la nation doit faire face à une guerre imminente (même si JAMAIS le pouvoir en place ne l'avouera). C'est pas le moment de se rouler dans le fric en ignorant les problèmes des autres. Si on se situe dans les sphères du pouvoir, de près ou de loin, et que l'on ferme les yeux sur le malheur de la population nationale, on peut techniquement être accusé de trahison, puisque l'argent est détourné au profit d'autres nations.

Concernant le détournement, l'évasion fiscale (c'est la combinaison de ces deux actes criminels qui constitue l'essentiel de la manœuvre dont le fruit est l'appauvrissement de la France et l'enrichissement des plateformes offshore), il s'agit clairement d'association de malfaiteurs, et de vol qualifié.

Le fait de savoir que le résultat de ces entreprises criminelles sera le suicide, la mort prématurée, la maladie, ou la mise à la rue constitue en soi à de nombreuses reprises un HOMICIDE (par négligence, ou par DOL EVENTUEL).

Vider de son argent un état qui est sensé assurer la sécurité des gens face au risque représenté par les centrales nucléaires (par exemple), c'est un DOL EVENTUEL.
Idem pour la sécurité sociale, le salaire et le repos des agents des forces de l'ordre.

''Manifeste un dol éventuel l’auteur qui a voulu l’acte causal du dommage puis connu et admis la probabilité que le résultat dommageable se produise (soit le "risque") mais sans vouloir aucunement qu’il se produise. L’auteur, en d’autres termes, s’abandonne à parier, à miser sur la vie d’autrui en commettant délibérément une faute grave (la gravité se mesurant ici à l’aune du risque, du taux de probabilité que des victimes soient atteintes).''

''Le droit pénal réprime d’une double manière ce comportement nuisible et a-social. Le dol éventuel constitue tantôt un délit autonome, à savoir le délit de mise en danger délibérée de la personne d’autrui (C. pén., art. 223-1), tantôt, lorsque le dommage prévisible s’est effectivement produit (le pari insensé a été perdu), une circonstance aggravante des délits d’homicide''

Et ça, c'est dans le MEILLEUR DES CAS !

vendredi 7 décembre 2018

Le Berger, l'Allemand et la hiérarchie


Ce chien, si tu fais un peu trop de bruit fort la nuit par surprise près de lui, GNAP ! Il t'en colle une dans le mollet. Il y peut rien, il a 'subi' une formation au mordant précoce, dès les premiers mois. Un chien 'normal' n'a pas le réflexe de se servir de ses dents de façon aussi 'spontanée' et 'artistique'. Il l'a demandée, son maître, cette base de formation au mordant. Pas très compliqué, tu agites une grosse serpillère devant lui, et tu espères qu'il se jette dessus, après ça tu peux encore en rajouter en lui secouant la tête dans tous les sens jusqu'à ce qu'il s'énerve et tente de te mordre.

Moi c'est pareil, on m'a tapé dessus un peu tôt dans la vie, et ça a aussi été fait par un militaire, mon père. Je faisais des cauchemars où il rentrait dans ma chambre dans une colère quasi infinie et voulait me tuer. Alors quand on m'agresse, on quand on menace ma femme... J'ai tendance à me servir de mon instinct, mon instinct qui a été salement modifié.
La différence d'avec ce chien, c'est que de mon côté, je me la joue plus calculateur, mais je finis aussi par te la coller dans le mollet. Mes cours universitaires sur les principes fondamentaux du droit m'ont donné la capacité de bien anticiper les manœuvres de pervers qui vous envoient des leurres et des abrutis pour avoir ensuite une excuse vivante pour vous attaquer en justice, c'est la seule différence.

Je suis Gilet Jaune, c'est sûr. Ce sont les mêmes souffrances, les mêmes griefs. Mais s'ils représentent le peuple français, alors ils représentent aussi la police, la gendarmerie, l'armée. Et moi, par souci de représentativité, je souhaite éclaircir quelques points devant vous concernant tous ces gens qui servent dans les forces armées.
Oui ça existe les gens qui s'engagent dans ce genre de professions pour des raisons futiles, ou déplacées. L'un pour l'orgueil et les apparences, l'autre pour la violence et certains avantages pervers. Mais dites vous bien que s'ils ne sont plus payés comme avant, et ce depuis longtemps, cela nous assure que ce genre d'individus sont de plus en plus rares. Les avantages pervers se sont asséchés comme une flaque d'eau au soleil, et l'argent, ah, l'argent ! N'est plus là.
Et j'entends des remarques du genre, 'mais pourquoi continuent-ils à servir l'état corrompu alors qu'ils ne sont même pas payés ?'

Une fois mis de côté les pervers et les idiots, que reste-t-il ? Un flic, un gendarme, ou un militaire.
Et ce genre d'individu, à votre avis, il fait ça pourquoi en général, mettre sa vie en danger pour autrui ? La corruption de nos systèmes a tellement déprécié la valeur de notre société aux yeux des gens qu'ils assimilent les forces armées à des serviteurs du fric...
Mais mettez vous une seconde à la place d'une de ces personnes, afin de mieux comprendre ce qui se passe actuellement. On s'engage justement avec l'espoir de défendre des libertés individuelles, on s'engage pour s'assurer que la loi soit respectée, et que nos enfants puissent grandir dans un état de droit. On s'engage pour mettre au service des gens sa force, son courage. Bien entendu, après un an ou deux, en France, on se remet de son idéalisme, et on commence à tirer la gueule, etc etc
Mais quand on en est là, et comme on a un cerveau comme tous les autres, on se dit la chose suivante ; pourquoi abandonner le poste ? A cause de l'argent ? Il y a un esprit de corps très fort, et si moi j'abandonne, que feront les autres ? Faut-il abandonner le pays ?

Comprenez que la réflexion du soldat va au-delà des questions de fric et de gloriole. Le flic en service malgré les heures non payées, et la corruption, l'est encore pour une seule raison, il est le dernier rempart de la stabilité de l'état, et ça il en est conscient, soyez-en sûrs.

Si je vous précise toutes ces lapalissades, c'est que j'entends comme vous tous ces commentaires inadaptés sur les forces de l'ordre. Je vais vous en citer quelques-un, mais prenez premièrement conscience que la vraie raison de l'obstination du gendarme à rester dans son secteur tient au fait que s'il part, c'est le déluge !

Commentaires :
  1. 'aaah quelle horreur, ils sont 5 dessus pour l'interpellation ! Oh mon dieu, il lui met un genou dans le dos !' Une interpellation c'est pas facile, et dans une manif, les gens ont rarement envie de finir au poste. Plus on est nombreux, mieux ça se passe pour le futur occupant de la cellule. Passer les menottes à un individu quand on est seul, s'il y a résistance, relève d'un art que peu maîtrisent dans la douceur et la persuasion subtile. Si ça résiste, taper un bon coup permet de se faire comprendre, et soyez sûrs que l'on choisit un endroit qui laisse le moins de traces possible. Moralité : résister à une arrestation est stupide et dangereux, qu'on aime la police ou pas. Ce n'est pas intelligent. Et je dis cela dans l'intérêt de la personne arrêtée. A l'extrême, prenez mon exemple, ce sont des flics d'élite pourris qui sont venus me chercher à cinq avec lampe flash, bouclier, et pistolets braqués sur ma face. Vu la façon dont le premier qui me visait au visage tremblait comme une feuille, autant vous dire que je serai mort si j'avais crié, résisté, avancé vers eux, ou fait un geste vers ma poche, ou vers un tiroir. (Je précise ici qu'ils étaient venus me chercher pour une convocation à comparution pour plainte en DIFFAMATION... ah la police suisse !)
  2. 'Les flics ils aiment taper, ils ne sont là que pour se défouler sur des jeunes sans défense et des vieilles dames.' Lorsqu'un navigateur en solitaire monte sur son bateau avant de partir, pensez-vous qu'il se complaît à se mirer dans l'image qu'il donne aux caméras, ou qu'il se fait du souci pour son bateau, et qu'il est saturé dans son esprit de pensées concernant la sécurité, la météo ? Bien sûr qu'il aime naviguer par beau temps. Et bien-sûr que quand ça tabasse il sort de lui ce qu'il a de mieux au niveau du courage, de la force et de la concentration. Quand le flic se prépare à sortir face à la foule, c'est la tempête en face, les nuages sont noirs et ça se voit de loin qu'il faudra réduire la voilure, être bien posé sur ses pieds, et ne pas tomber. Quand on voit les nuages, ça fait peur, mais on y va quand-même. Un flic qui ne choisirait que des cibles faibles serait bien vite la risée de ses camarades. Or l'honneur, c'est ce qui compte le plus, surtout quand les heures sup ne sont pas payées. Quand les gens sont en colère, et qu'ils descendent dans la rue, c'est un véritable orage en face de vous, plus de place pour l'orgueil, plus de place pour la rigolade, et croyez-moi, pas le temps de penser au jeune faible, et à la vieille sans défense, celui qui vous regarde à 50 mètres n'a vraiment pas l'air d'un rigolo, et il est équipé. Dire qu'ils aiment taper sur les faibles, c'est comme dire que votre navigateur en solitaire aime se promener sur le pont, au port, devant les caméras, et sans vent. Il en existe des gens comme cela, bien-sûr, mais ils ne gagnent pas les courses. Des mauvais flics, ça abonde dans un régime dictatorial et injuste. Alors oui, on en sort d'un régime comme celui-là, c'était la dictature du pognon, masqué par son coulis de journalistes véreux. Le bon flic, c'est comme le Berger Allemand, fidèle et courageux au point de parfois passer pour un con, un type un peu bête, mais attention, ce ne sont que des apparences. La France n'était de loin pas si riche que ça, comparé à la Suisse, aux USA, au Luxembourg, etc. Je ne parle pas ici bien-entendu des 80 plus grosses fortunes de France, en Russie aussi ils ont leurs oligarques. Il y a des suicides de flics, et je préfère ne pas entrer dans le sujet ici, c'est un peu trop lourd pour le moment. Alors oui, on prend goût au combat, oui quand on est bon guerrier, on finit par y prendre goût aussi, à la guerre, c'est normal. Tuer non, mais survivre et gagner, atteindre des objectifs nobles, protéger la population civile, oui, ça a une dimension paternelle. L'exercice de l'état ne peut se faire sans force.
  3. 'Ils sont contre la liberté d'expression'. Ca va être court. Les forces de l'ordre ont ce fameux devoir de réserve qui les empêchent justement de parler de ce dont ils souffrent. Ils ne demandent pas mieux que de se plaindre des choses injustes, et ça ne leur fait absolument pas plaisir de savoir que les femmes et les enfants du pays ne peuvent pas manger à leur faim. Et quand ils constatent que les gens qu'ils arrêtent sont relâchés, ou que les gros pourris leur échappent, croyez-moi, c'est un dégoût profond qu'ils ressentent. Ils ne rêvent que d'une chose, c'est que ce que vous dites, chers Gilets Jaunes, soit fait. Mais pas besoin de foutre le pays en l'air, pensent-ils, ils aiment l'ordre, c'est sûr... enfin, jusqu'à un certain point.
  4. Il existe bien entendu des 'pourris' dans la police, on en a même fait des films pendant 30 ans, c'est LA thématique dominante du polar, le flic solitaire et héroïque qui s'oppose à sa hiérarchie, c'est beau. Je n'ai donc pas besoin d'en parler plus que cela. Mais quand deux syndicats de police se lèvent devant le peuple pour dire 'nous sommes avec vous', vous devriez les couvrir de fleurs, car ceux-là c'est sûr, ne sont pas des ripoux.

jeudi 6 décembre 2018

Educateur/Eboueur pyromane de la haute-couture


Pour les lycéens

Actuellement, lorsque vous entendez une phrase comme celle-ci 'la mobilisation est en baisse', il faut s'imaginer la situation suivante : un homme debout vient de se prendre dans le bidon la charge d'un combattant qui a bien pensé à se pencher en avant de façon à ce que ce soit sa tête qui entre bien profond dans l'espace situé entre les côtes les plus basses (dites flottantes), et le pubis, un espace communément appelé 'ventre' (certains rajoutent l'adjectif 'mou'). Il part en arrière sur trois mètres, tombe à terre, se relève, et nous sort une déclaration du genre 'le mouvement est en baisse'.

On est bien d'accord que ce genre de déclarations ne peuvent être dues qu'à deux choses ; le déni, et la tentative bien souvent orchestrée par des processus neurologiques (et pourquoi pas binaires) automatiques, tendant à rassurer les actionnaires, si cela était encore possible (j'ai moi-même l'affichage tête haute qui grésille de temps à autres).

Dieu sait que je ne suis pas un pétochard, un trouillard, une lopette, ou un lâche, mais de temps en temps, il est vrai que je me surprends à regarder en face ce qui se passe, et que ça me fait un drôle d'effet. Non que j'aie peur que nous soyons tous jugés par un Dieu que nous surprendrions à être le Dieu des riches, des pédophiles, et des vieilles tapettes genre Berger, qui nous accueillerait par l'intermédiaire d'un saint-Pierre en train de caresser une petite fille, non, nous sommes sur la bonne voie, c'est sûr, mais parfois, devant la masse des jeunes gens abusés d'une façon ou d'une autre, je me surprends à me demander ce qu'il va bien pouvoir rester du vieux schnock de plus de cinquante, avec les mains pas trop propres.

Et ça, ça fait peur. Heureusement qu'il n'y a pas le choix. Il n'y a pas le choix pour toute une série de raisons :

  1. Le peuple de France, quel qu'il soit, en a marre.
  2. Nous sommes allés assez loin comme ça, et reculer n'est pas rationnel, on l'a déjà, la victoire, il s'agit de penser à reconstruire, à poser des bases qui préfigureront un nouveau monde, tout en continuant à faire ce massage gratuit du ventre avec notre tête. Soyons altruiste !
  3. Aussi 'naze' soit-elle, la France donne l'exemple au jour que nous vivons, et toute une série de pays est en train de se parer de fluo. C'est toujours l'occasion de se faire une place dans le monde du prêt à porter !
  4. Nous sommes en train de reprendre le destin de nos enfants en main, et c'est pas le moment de se chier dans les chaussures, si je puis dire. C'est plutôt le moment de leur apprendre à mettre correctement le feu à une poubelle, sachant que de toute façon, les déchets ménagers aussi, sont enfouis sous terre, et que ça, c'est pas bien. Toujours cette fameuse exemplarité !

Regardez comme on leur parle : 'ils n'arrivent même pas à mettre le feu à une poubelle sans se blesser', 'leurs revendications n'ont rien à voir avec les gilets jaunes' (traduisez :'ils sont trop jeunes, ils ne comprennent rien, ce sont de gros bébés'), 'vous êtes des voyous, ce que vous faites est dangereux, vous ne savez même pas mettre le feu sans vous blesser, vous n'avez réussi à bloquer que 200 lycées' (ça, se sont des menaces voilées dans leur coulis d'humiliation).

Les vieux schnocks qui tripotent ont nécessairement une position sociale des plus dominantes, car le commun des mortels déteste qu'on vienne introduire un quelconque membre entre les jambes de sa fille, ou dans le fion de son fils. Il en faut un bras long pour faire taire la contestation, et institutionnaliser ce genre de 'démarches éducatives'. C'est le même genre de position sociale dominante qui permet de faire dire un tel ramassis de conneries à un soit-disant 'ministre'.

Non, chers élèves, le vieux schnock aux mains sales ne vous aime pas du tout, malgré sa capacité à vous sourire tel le 'vieux de la vieille'. Il a la tête toute cassée de doctrines fumeuses, et pour arriver à se mettre là où il est, dans le seul but de pouvoir dévorer de la chair fraîche, il a dû se frotter avec des gens pas bien du tout. Vous manifestez car vous savez que votre avenir est soumis à la banque, et que cette banque n'a plus de fonds propres. Vous commencez la vie dans la dette, et ce pourquoi vous avez emprunté est un gros ramassis de conneries. Les métiers auxquels vous aspirez ont été détruits. Le médecin empoisonne, l'ambulancier est en cessation de paiement, l'éducation à la tête entre les jambes de ses enfants, le militaire est en caleçon (pas d'argent), le journaliste est employé par les ennemis de la France, le politique a la tête bourrée par le vomi du genre 'secte de fin du monde', le législateur ne pense qu'à ses actions (en bourse, puisque ses actions, il n'en est plus conscient), et le prêtre ne veut surtout pas 'libérer la parole', et de toute façon devant un tel spectacle, vous avez été persuadés que justement, saint-Pierre était un pédophile.

Etudiants de France, de un, je vous aime, car j'aime la France. Votre jeunesse abandonnée me ramène toujours à mes enfants qu'on m'a arrachés. J'ai appris à me délecter de la joie de transmettre la vérité, et donc la puissance, à ceux qui ont deux ou trois minutes pour moi (en fait pour eux). Donner à une femme une canne à pêche, c'est mieux que de lui refiler un poisson radio-actif. Apprendre aux gens à réfléchir, c'est ma raison d'être, et je m'y suis entraîné depuis 1993.
Vous aussi vous allez être scindés en deux catégories, ceux qui veulent suivre l'exemple du vieux schnock, et enfin arriver un jour à faire autant de mal qu'il ne leur a été fait, et tous les autres.
De deux, aimer une jeunesse violée, c'est pas ce qu'il y a de plus rassurant, ni de plus conservateur, ni de plus propre, ni de plus reposant, ni de mieux pour les économies, ni de plus amusant, ni de plus joyeux, ni de plus sûr, ni de plus glorifiant. Merde.
Au niveau recrutement ça peut être pas trop mal, et au niveau réputation après un certain temps, ça peut donner du fruit, c'est sûr. Mais piocher dans les pires délires de tous ceux qui vous ont torturés pour vous bourrer le crâne avec leurs gros fantasmes bien pourris (façon droits sexuels du nourrisson), ça s'assimile un peu à plonger dans un puits volcanique plein de requins, c'est pas génial. On pourrait aussi comparer cela à évangéliser un djihadiste qui vient de prendre 'madame courage', ou encore à faire l'amour à une femme qui veut vous tuer (ici 'faire l'amour' doit être pris dans le sens symbolique, pour une fois). C'EST PAS UNE PARTIE DE PLAISIR.

Ils vous ont appelés 'les forces vives'. Ils vous ont comparés à un puits de pétrole, n'appelle-t-on pas cela du 'LIGHT SWEET CRUDE' ? How the fuck can this be called 'SWEET' ?

L'économie dans ce monde ne fonctionne pas du tout comme on veut vous le faire croire. C'est un dieu, le dieu ENTREPRISE, et on lui fait des sacrifices de licenciement, ce qui correspond à FOUTRE UNE VIE EN L'AIR. Le vrai système économique est celui de la dette, mais une dette de karma, pas d'argent. Il ne faut pas confondre argent et richesse, il ne faut pas confondre honneur et réputation, il ne faut pas confondre puissance et signes extérieurs de richesse. Il ne faut pas confondre chantages, menaces, et influence.

Ne confondez pas non plus euphorie et joie profonde, courage et témérité. Devant la masse d'injustices qui vous ont été faites, devant le fait que ces vieux porcs vous ont sucé l'énergie vitale, vous allez être tenté de 'péter un câble', et de 'tout casser', le système est fait pour vous briser à ce moment précis, et il a de l'expérience. Vous êtes donc obligés de juguler le 'monstre intérieur', et de le soumettre à une 'éthique', ou 'stratégie' 'militaire', afin de vous assurer d'atteindre les objectifs. A votre âge c'est difficile, mais l'avantage c'est que vous êtes dans une position purement défensive, rien de concret ne peut vous être reproché, car vous n'avez pas encore eu trop le temps de devenir des vieux schnocks. Et quand vous irez de succès en succès, alors vous aurez à vous poser des questions sur le bien fondé de ceci ou de cela. C'est pas encore le cas. OBJECTIF : CASSER UN JOUG que vous n'avez pas choisi. OBJECTIF informer un max de jeunes abrutis qu'ils ne sont que de la chair à canons pour le moment, et que de toute façon, ils voient bien que la France entière avait été livrée à des banques sans fonds propres.
En écoutant des vieux schnocks tenter de m'initier à leurs grands secrets, je me suis rendu compte que tout ce que l'on vous propose, c'est de violer comme vous avez été violés, et que votre seule chance de vous amuser, c'est de renoncer à avoir des enfants normaux, ou de vrais amis, ou quoi que ce soit de sincère. Vos enfants sont donc sensés devenir vos esclaves, d'une façon ou d'une autre, de la même façon que vous avez été les esclaves de vos parents. Si vous mettez un pied là-dedans, tout amour sincère se tarit dans votre cœur, c'est sûr. Lorsque j'ai compris cela, je ne me suis plus demandé pourquoi ma mère était une grosse hypocrite, et pourquoi, alors que je tentais de la ramener à la raison devant l'ampleur de sa connerie spirituelle, une série hallucinante d'accidents me sont tombés sur le coin de la figure. Un tel ramassis de stupidité spirituelle n'a pu atteindre une telle amplitude sociale que grâce à une position mondiale dominante sous la protection d'amis sacrifiés à des doctrines qui vous feront vous demander si oui ou non le diable existe vraiment. Et la question est intéressante quand on se trouve dans un gros nuage électro-magnétique depuis bientôt un siècle. Mais là n'est pas la question, la question est de se faire respecter en tant que jeune adulte, et de récupérer ses billes, billes qui vous ont essentiellement été volées par le biais du viol (psychologique ou corporel), et de l'éducation frelatée. Le but était de vos envoyer à la guerre pour le compte de schnocks, dont l'argent avait été placé en offshore, et dont les résidences pour leurs vieux jours n'étaient, croyez-moi, pas en France.

Bon, pour vous rien de vraiment nouveau, mais je pense quand-même vous avoir donné deux ou trois trucs à mâchouiller jusqu'au prochain article. Plein de force à vous pour tous ces nettoyages de poubelles, et n'hésitez pas à aller poser quelques questions bien senties aux schnocks, mais prenez garde au fait que quand on les titille trop, ils deviennent violents.

Donc, comme je le dis à ma femme, EQUIPEMENT, ENTRAINEMENT.

Gros bisous à vous, et à plus pour de nouvelles aventures.





mercredi 5 décembre 2018

Icare et Gollum ne sont pas des grands électeurs


Les quatre stades du deuil

Le déni, la colère, la tristesse et l'acceptation.

Il s'agit de porter le deuil de la société à laquelle vous pensiez avoir à faire, mais qui n'est pas du tout cela. Elle ne correspond pas à l'image qu'elle projette d'elle-même.
Il s'agit de regarder en face votre perception de ce que vous pensiez être une société partiellement corrompue, ou une société corrompue par accident. Or il se trouve qu'il existe plusieurs systèmes de corruption qui se sont mis en synergie il y a quelques décennies maintenant, écrasant tout ce qu'il restait de sagesse, d'amour altruiste, et de connaissance véritable. Je ne sais plus quel socialiste a dit avant de mourir que les gens finiraient dos au mur à défendre leurs droits sociaux, car les gens en face ne reculeraient devant rien pour leur prendre jusqu'au dernier centime. De nombreux syndicalistes sincères vous l'ont répété pendants des années, ces avantages sociaux ont été arrachés de haute lutte. Cette société avait abandonné tout espoir de bien, et s'était plongée dans le secret, abandonnant même au bout du compte l'espoir de défendre son territoire. La corruption était l'aiguille Nord de leur boussole, et on peut dire qu'ils ne faisaient pas route vers le sud. Après nous le déluge, et prends ton billet pour SpaceX.

Le problème est le suivant : il s'agit pour diriger cette société de la regarder pour ce qu'elle est, et non pour ce que nous voudrions qu'elle soit, ou qu'elle ait été. Bien sûr, le commun des mortels a toujours tendance à se rendormir assez vite, surtout quand il s'agit de fouiller dans le caca, ou de pister des loups virtuels sur des réseaux qui s'effacent.
Le mal est la seule entreprise qui ait vraiment dégagé des bénéfices incontestables depuis 1945. Les réseaux pédophiles se sont multipliés, la médecine est devenue l'officine des lobbies pharma, les militaires doivent se payer les gilets pare-balles, avec de l'argent emprunté à une banque, qui n'a plus de fonds propres... Vous en voulez encore ? Je me rappelle de ces années où l'on me disait 'ce que tu peux être négatif !'
Allez savoir pourquoi, la franc-maçonnerie a perdu ce qui lui restait de bien, les nazis ont laissé place à une société tout sauf socialiste (caviar), les communistes ont perdu face à la 'loi du marché' (qui n'en est pas une, puisque c'est du banditisme).

Si on sait lire et qu'on a lu la Bible dans une version pas trop corrompue, on sait que les gens se sont détournés des voies de la sagesse. Certains s'en rendent compte sans même l'avoir lue. En fait c'est l'amour qui s'est retiré comme une vague sur la plage, il reste quelques crabes radioactifs parmi les algues. Le mensonge est le corollaire d'un mal qui envahirait sans tenir compte des lois universelles de l'équilibre. Notre société depuis les années 90 a sombré dans un mensonge étouffant.

Maintenant, le mal est allé si loin qu'il se tue lui-même. Trop de mal fait du mal au mal, inévitable. Les forces de soutien du mensonge faiblissent donc, et HOP ! LUMIERE !
Le bien peut se relever, et faire son chemin en sens inverse. Le mensonge étant épuisé, la capacité du peuple à manger le caca étant également saturée, notre société vit une accélération substantielle sur le chemin inverse de la religion de mort.

Si vous saviez ce que ça fait du bien de voir autant de gens dénoncer des choses à cause desquelles j'ai perdu du sang pendant 15 ans, ça vous ferait sourire de joie.
Mais c'est là qu'on en arrive à ces quatre stades, ce sont les stades à franchir pour surmonter une situation inacceptable au premier abord. L'exemple du décès est la plus extrême, mais cela s'applique à toutes les situation dures et contradictoires. Je vous ai amené jusque là dans mon texte pour en arriver à ça ; comment gérer la transition en France sans se faire doubler par les lèches-culs de la politique pognon, sans se faire tuer par les loups malades de derrière les fagots, et sans laisser filer les pourris du cerveau pleins de fric, de votre fric, du fric de vos aïeux morts dans de troubles circonstances, et toujours un peu trop tôt (cf les polluants dans l'eau et la bouffe, etc).

Une chose est sûre, la majorité des gens étaient dans le déni pendant des décennies, la société mourrait au combat, et de plus en plus de gens le niaient dans les faits, ce qui a permis à des imbéciles de se mettre en avant dans la société. Mitterrand nous avait pourtant dit que la France, même si la plupart des gens ne le savaient pas, était en guerre contre les USA, combien de Renault Nevada ont été vendues malgré cela ? C'est ça le déni. Le pays se mourait et les gens le regardaient sans vraiment accepter ce qu'ils voyaient devant leurs yeux. Un grand cynisme s'est alors installé dans le cœur des gens, au point de trouver normal les disparitions d'enfant. Ce déni a permis de finir de siphonner vos économies.

Et maintenant la colère, car on peut mentir longtemps à une personne, ou un court instant à tout le monde, mais longtemps à tout le monde, ça ne marche pas, c'est ce que l'on constate. Si vous avez bien retenu le début, il y aura logiquement la tristesse après, mais pas tout de suite. Le sage en tire donc la conclusion qu'il ferait mieux de bien tenir sa colère en laisse, car il risque dans le cas contraire de faire des bêtises qu'il regrettera amèrement au stade suivant.

Cette colère vous permet de sortir la douleur au niveau psychologique, tout en mettant de force en position assise vos ennemis. Cette colère permet aussi de préparer le corps à encaisser des situations difficiles. Cette colère est saine. Et pourquoi pas mettre à terre quelques enseignes commerciales dont la situation fiscale est totalement illégale, dont les employés sont exploités d'une façon pire que celle d'un esclave ? On appelle cela une victime sacrificielle, pas un esclave, et vous faites alors le boulot de la Police.
C'est devant son inefficacité à tout résoudre, ou devant sa capacité à tout détruire de la situation plutôt que de la résoudre, que la colère finira par se calmer (un jour lointain, pas maintenant). C'est là que les derniers représentants du mal institutionnalisé vous attendent, soit pour exacerber cette colère afin de la faire déraper, soit pour la faire retomber avant sa cible. Beaucoup d'entre vous l'auront compris à l'heure actuelle.
Rappelez vous aussi qu'il y a toujours plus en colère que soi. Rappelez vous encore qu'il y a toujours des gens qui ont subi pire que vous. Et c'est bien en comprenant la profondeur des dossiers les pires (toujours surveillés de près par les sbires de la destruction) que la colère s'estompera doucement, surtout à partir du moment où ces dossiers seront entre VOS MAINS. Je vous le dis car une fois que vous serez aux commandes de votre destin, (en tout cas bien plus qu'avant), que vous comprendrez mieux certains des gestes de vos grands dirigeants, certains de ces gestes qui jetaient une ombre sur leur réputation. De Gaulle, Mitterrand. Vous comprendrez aussi plus clairement des disparitions comme celles de Coluche, Balavoine.

La transition entre colère et tristesse se comprend mieux dès lors non ? La colère permet de débloquer l'accès aux dossiers, les dossiers informent sur la cruauté des gestes responsables de la disparition d'êtres chers, cette prise de conscience réveille l'amour du passé, qui lui ouvre les canaux lacrymos... et je ne parle pas des grenades.

Il n'y a pas besoin de parler de la tristesse, elle opère d'une façon tellement naturelle, que cela se passe de mots (il y a l'élément espoir qui ne doit pas faire défaut). Et n'allez pas penser que j'essaie de réduire ce mouvement à une simple démarche psychologique dont l'issue est déjà en train de se pointer avec le premier mouvement des bras du gvnmt vers le bas, non non !
Ce processus psychologique revêt plus les contours d'un entraînement militaire qu'autre chose, et un bon entraînement, on peut le répéter autant de fois que l'on veut ! Si vous avez déjà en votre âme accepté les tenants et aboutissants d'un dossier, prenez celui de votre voisin ! Faites vous plaisir ! Et dans chaque dossier on peut toujours reculer un peu si on pense qu'on a laissé un peu de colère de côté. La colère doit être vécue dans son entier, je parle de la colère justifiée, elle n'est pas loin de l'indignation.
Ces quatre pas doivent être entraînés, et connus comme le brossage de dents.

On aurait pu penser à autre chose, on aurait pu passer notre temps à faire des choses constructives, à développer l'art de l'altruisme, de l'amour, de la sagesse hein ? Pourquoi est-on obligé de casser des structures, de mettre des gros relous en taule ? Ca ne prouve pas qu'on sort à peine de la vallée de l'ombre de la mort ça ? J'entends par là qu'il n'y a que des débris fumants partout, au sens de la justice. Non que la France soit bombardée par de vraies bombes, mais elle l'a été par des bombes silencieuses, économiques, virtuelles, cybernétiques, pédophiles. Une guerre silencieuse, mais qui fait beaucoup de morts comme disait Mitterrand.
La justice et la vérité, c'est comme la gravité et la lumière, ça se contrecarre, comme Icare ou Gollum l'on fait, mais c'est impossible à arrêter. Tu peux mettre un paravent ou prendre un avion, mais tu finiras quand même par terre, ou dans la mer, et la canicule viendra quand-même.
Et j'en vois s'égosiller pour vous 'prouver' que ce n'est pas vrai.

Des tribunaux populaires pour les dossiers accessibles en l'état actuel de la stabilité psychologique des gens. Des tribunaux de combattants en huis-clos pour les dossiers de degré militaire. Des combattants médaillés pour leur courage, et leur abnégation. Des équipes d'experts en résilience pour soigner les rescapés.
Reconstruire, à partir d'un tas de chair fumant et sanguinolent, je ne vois rien d'autre. Mais reconstruire en prenant bien note de ce qu'il ne faut absolument pas refaire. On ne fait pas confiance à une assemblée de gens représentatifs, s'ils ne sont justement pas représentatifs, puisque placés là par ceux-là même contre qui nous sommes sensés nous défendre. Dites, ça fait combien de temps que ça dure cette histoire ?

Comme les constitutions de différents pays nous le disent, le citoyen est l'élément constitutif de l'édifice. C'est sur lui que repose le devoir de surveiller que tout se passe bien. Au gré de la construction le citoyen délègue les fonctions vitales aux éléments naissants de l'édifice. Une chambre sera pour la police, une autre pour des juges, etc.
C'est le mensonge qu'il faut surveiller. C'est dans les détails qu'il faut chercher le 'diable'.
'Mon peuple est détruit par manque de connaissance'. C'est l'ignorance, l'endormissement qui sont nos ennemis, dans l'entreprise de reconstruction du pays. Vous pouvez le reconstruire en entier, ou juste modifier ce qui avait été usurpé. Vous pouvez reconstruire la bâtisse, ou juste remplacer les poutres défaillantes, les tuiles détruites, etc. J'ai travaillé comme charpentier dans la rénovation de vieilles bâtisses, c'est très symbolique à l'heure qu'il est. Votre bâtisse France est ruinée, dépouillée, contredite dans les élans qui en avaient fait une nation rayonnant de par le monde. Mais là, ce que vous faites, vous le faites en reprenant ces mêmes idéaux, et vous les remettez d'aplomb. La France ne peut dès lors que rayonner à nouveau. Vous êtes appelés à cela. Il est temps de faire taire les roquets, de tabasser les voleurs (profitons-en tant que l'état de droit n'est pas encore complètement sorti de sa tombe). Nan mais c'est vrai quoi, autant profiter de la configuration, amusons-nous un peu !

Ma compagne et moi-même tenons à apporter notre soutien au Gilets Jaunes, au peuple de France, alors au lieu de faire de belles promesses et de jolis textes, nous sortons chaque samedi à Paris pour aller voir comment ils passent plus ou moins bien entre toutes ces grenades que représentent 200'000 euros de matériel militaire. Faut pas être endormi, vite fait de se retrouver coincé entre deux rangées de schtroumpfs à matraques avec leur pistolet à eau sur roulettes ! Un truc est sûr, ça fait de belles photos ! Mais moi je le prends mal quand un abruti promet qu'il sera là samedi, et que samedi, il est parti à l'autre bout de la France. Ouaip, très mal, ça s'appelle perdre une occasion de fermer sa gueule. Et j'espère que vous prenez tous note de cela. Ils se projettent dans votre gloire en essayant de la récupérer, et ça c'est minable. Oui j'ai dit votre gloire. Elle est à vous, et c'est la première chose sur laquelle vous devez veiller. Cette gloire que vous acquérez en prenant en main le destin de la nation. Tant que vous restez dans le courage, l'endurance, la patience, le calme froid, rien ne peut vous arrêter. Et moi de la gloire je crois en avoir bien assez pour ne pas avoir besoin de la voler à qui que ce soit.

Alors à force de discuter avec des gilets, que ce soit sur un rond-point, ou dans les rues de Paris le samedi, j'en ai tiré la conclusion que ces français sont courageux, très bien informés, humbles. Et sur les vidéos, face à des chiennes d'ici ou des cochons de là, ils ont la dignité de quitter le plateau, ce qui remplit inévitablement le cœur de leurs amis qui les regardent de joie. Les menaces de mort sont normales, et révélatrices de l'état d'esprit de ceux qui leur ont tout volé, et qui ont tout détruit. Ils n'ont plus rien de bon dans la tête, et ne peuvent rien changer à leurs méthodes qui sont celles dont on a pu constater les effets pendant tant de décennies. Toutes ces petites choses inexplicables qui sont arrivées si souvent.

Et comme le disait une nonne catholique avec qui j'ai partagé un repas à Lourdes, 'de toute façon la France a été sacrifiée à Satan'. A partir de là, il n'y a plus rien à perdre vous en conviendrez. Mais bien sûr chers amis anarchistes, le chrétien ne peut s'empêcher de penser en termes de Dieu V Satan. Je sais bien que beaucoup d'entre vous ne croient pas que Satan existe, mais là n'est pas la question, il vous suffit pour être capable de comprendre un chrétien, de remplacer le terme en question par les pires des psychologies disponibles sur le marché de la connerie humaine, et vous conviendrez avec moi que le mal connaît peu de limites en ce bas monde, si vous ne le croyez pas, c'est que vous n'avez pas encore eu accès à certains dossiers, justement, mais ne vous faites pas de bile, ils arrivent à la vitesse de la lumière, ces dossiers.

Alors chers français, que Dieu vous bénisse et vous garde, je vous envoie à tous un gros baiser bien mouillé, comme le faisait mon papa.



mardi 4 décembre 2018

Du sang et des larmes, sauf qu'il n'y a plus de larmes


Comment faire quand c'est trop ?

Le temps passe, les choses changent, et je ne peux toujours pas me poser pour écrire mon deuxième livre. Non je ne peux pas car ce qui défile sur mon écran pour une fois est vraiment trop important pour que je me permette de m'extraire du flux d'info. Cette extraction est pourtant nécessaire pour écrire un livre relatif au passé.
C'est aussi la raison pour laquelle je ne peux plus m'occuper de la maison de ma compagne en Normandie, en plus des menaces de mort.
C'est encore la même raison qui fait que je ne peux pas mettre en route tout ce qu'il faut pour pouvoir parler ne serait-ce qu'une fois à mes enfants que je n'ai pas vue depuis des années.
Et je ne vous parle pas des trous dans les dents, ni d'une éventuelle radio que je pourrai faire dans un hôpital afin de faire un résumé explicite et sans remise en question possible des problèmes de géométrie osseuse qui sont les miens.
Et laissons les histoires de fric de côté un moment, je n'ai plus envie d'en parler.

Chers Gilets Jaunes, cher peuple français, pour une fois, nous sommes dans une configuration favorable, la colère sort enfin de sa tombe qui se trouve dans votre cœur. Laissant les théories du complot de côté vous vous êtes courageusement levés pour solliciter une dernière fois l'état et les médias afin de corriger le cap, et reprendre ce qui vous revient de droit.
Vous n'aviez plus le statut d'esclave, puisque votre situation était sans issue. Les esclaves d'Athène et de Sparte avaient un lopin de terre, et un salaire. Un avenir. Vous pas.

Vous étiez sacrifiés à la guerre à venir, sans espoir de victoire aucun. Tourner le bouton des impôts est la façon automatique de voir des villes partir en révolte dans un jeu de stratégie comme 'Civilization'. C'est automatique. Le gouvernement a joué ce jeu-là, il ne peut être suspecté de ne pas avoir anticipé les conséquences de cette manœuvre destructrice.
Le peuple quand à lui ne peut être jugé pour cela, puisqu'il n'a pas le choix, les structures de pouvoir doivent être neutralisées temporairement, le temps pour le peuple de s'assurer qu'elles se remettent à faire leur travail, le travail qui est leur vraie fonction ; assurer la subsistance et le bien-être de la population. Ce n'était plus le cas, le peuple a donc agi sagement.

Il ne lui reste maintenant qu'à résister aux provocations, à faire preuve d'endurance, et bien-entendu de courage. Il s'agit maintenant pour lui, comme un enfant qui dirigerait sur ses parents, d'endosser le rôle de ceux qu'il critique. Un exercice de style qui ne manque pas de piquant.
Un enfant qui s'assume dans un cas d'inceste, s'il dispose des connaissances nécessaires, fait face à ce cas de figure. Il va devoir faire le deuil de ses illusions, comprendre par le biais de cette démarche la source de beaucoup de ses problèmes et de ses souffrances, et finalement dire ses quatre vérités à son parent criminel, et en faisant cela, tout en en assumant les conséquences, prendre la place de ce dit parent criminel au sens de l'autorité morale.

Pareil pour vous, chers Gilets Jaunes. Le parent incestueux c'est l'état, et vous êtes en train de faire tout ce que je viens de citer.

Ceci dit ; en tenant compte des turbulences dues à de telles déclarations (les quatre vérités), il est nécessaire absolument de ne pas tomber dans toutes sortes de pièges que je qualifierai de 'naturels', c'est à dire non dus à des calculs pervers. De ce que je constate en regardant toutes ces vidéos, j'en tire la conclusion que le peuple est intelligent. Je tiens toutefois à citer les plus dangereux écueils qui me viennent à l'esprit.

  1. Emmanuel Macron provient bel et bien d'un milieu élitiste au possible, milieu qui ne représente pas vraiment ce qu'il y a de mieux en l'homme. Mais on ne peut pas dire qu'il soit psychopathe, qu'il a un discours sans aucun sens, qu'il utilise de la poudre de perlimpinpin, qu'il est un pantin, et ensuite le rendre responsable de toutes les décisions catastrophiques qu'il a prises. Il faut être cohérent, soit il n'est pas manipulé, et là, aussi fou soit-il, il est très courageux, soit il est vraiment un VRP de cette bande de multimilliardaires, et là ça lui enlève un gros poids au niveau pénal. Je ne l'excuse pas, je tente de lui redonner visage humain, au lieu de ce masque fantasmatique dont certains l'affublent. C'est une tendance naturelle que de chercher un coupable, mais ne tombez pas dans le pot de miel s'il-vous-plaît. Je dirai la même chose que la juge en charge de l'enquête italienne sur le dossier Gladio concernant Licio Gelli : 'il n'a absolument pas l'intelligence pour être défini comme celui qui tire les ficelles de tout cela'. Donc vouloir se venger sur lui est une erreur grave, et je le dis car je ne doute pas que certains le voudraient mort, vu le mal qui a été fait à la France. Je pense que les intérêts qu'il représente ne se soucient absolument pas de ce qui pourrait lui advenir, ils ne se soucieraient alors que de savoir quel pantin mettre à la place. Ils regretteraient aussi l'argent investi dans sa formation qui a coûté très cher, mais qui a surtout pris beaucoup de temps, et le temps pour eux, c'est de l'argent (cf la notion de coût d'opportunité en économie). Je ne viens pas ici vous conseiller de ne pas le destituer, mais sachez alors qu'à partir de ce moment vous aurez soit la responsabilité d'endosser les siennes, ou alors vous aurez le pantin qui suit, comme sur une chaîne industrielle d'abatage de poulets pendus pas les pieds. Oui, car quand on sert cette clique dont il est le VRP, c'est la position dans laquelle on se trouve. Ceci n'est pas de la pommade. Que cela je vous en prie ne vous empêche surtout pas de lui dire ce que vous pensez de lui, ni de tenter de lui passer le goudron et les plumes, qu'on soit bien d'accord, ce n'est pas mon meilleur ami.
  2. La réalité policière, c'est que vous venez de les rejoindre dans un certain niveau de conscience. Je vois des gens s'offusquer de surprendre des policiers se mettre en civil lors d'une manif gilets jaunes. Se mettre en civil est une des fonctions de la police, un des ses droits, alors dans une manif, les civils sont casqués et pourvus de masques. Le policier fait donc de même. Normal, et le fait qu'il soit armé correspond à sa fonction. Dans la rue, un flic en civil est armé. Il ne faut pas tout mélanger. Pour ce qui est des vitrines cassées, pour une fois on est tous d'accord. Oui car si mon souvenir est bon, je me rappelle d'autres manifs où j'ai entendu dire que les casseurs étaient des jeunes des banlieues. Des salauds qui venaient pour taper sur Louis Vuitton, mon Dieu ! Deux manifs plus tard j'entends que les casseurs sont issus des rangs de la police elle-même. Et de nombreuses fois j'entends le mot casseur employé de façon générique, ou pour désigner des groupes d'extrême droite ou d'extrême gauche. Vous vous rendez-compte du bordel que cela représente ? Les Ouaiches avec les ultras des deux côtés ainsi que la police elle-même ? Essayez de comprendre que la société a un problème avec le concept de violence, elle est aseptisée. 'Se faire violence' est une expression qui résume la pensée qui est la mienne sur ce sujet. La loi ne peut pas s'appliquer sans la possibilité de la violence. Condamner un coupable à une peine de prison est une forme de violence, et la guerre est le dernière forme de la diplomatie. Les différents groupes qui ont tapé sur ce cher Vuitton méritent une médaille plus qu'autre-chose il me semble (je ne parle pas de la masse de gens qui s'engouffrent ensuite pour en voler, des sacs Vuitton). Pauvre Vuitton qui n'a rien demandé, à part de l'argent. Je me sers ici de son nom comme d'un symbole vous l'aurez compris. A chaque manif où ses vitrines reçoivent des projectiles, les 'casseurs' accomplissent une mission, donner un signe clair à cette société de surconsommation. La preuve de ce que je dis se montre au grand jour actuellement puisqu'on entend des commentaires dans les médias de la part de Gilets Jaunes qui nous disent en direct que 'les violences que vous voyez à l'écran ne sont pas le fait de casseurs, mais celui de Gilets en colère, une colère JUSTIFIEE'. C'est ici mon propos, cela fait longtemps que cette colère aurait du être reconnue comme légitime. Et oui je parle bien d'un colère qui explose la vitrine à Vuitton. Vous me répondrez que le but des casseurs de l'époque était de discréditer une manif ou une autre, et de pouvoir ensuite les charger à coups de matraques. Très bien mais alors le lendemain, pourquoi n'ai-je pas entendu une réponse face à l'accusation de ce type : ' ce sont des casseurs qui ont fait ces actes de vandalisme, mais nous considérons que les cibles atteintes méritent bien un tel sort' ? Aujourd'hui, c'est ce que nous entendons, et ce n'est que lorsque la situation est devenue désespérée (en terme d'espoir de dialoguer avec un gouvernement respectueux), que le peuple français se met sur ses deux pieds, avec le manche de pioche à la main. Et bien sachez-le, je ne vous critique pas pour ce manque de ponctualité avec l'histoire. Vous avez fait preuve d'une grande patience, et de beaucoup d'endurance, et maintenant vous avez atteint le niveau de conscience de la police, et des gendarmes, car ce sont bien eux qui se sont rendus compte en premier du fait que le sens de leur travail avait été violé. Ceci dit on se demande tous s'il reste des agents de l'état qui travaillent en fait pour les banquiers, ou pour une puissance étrangère, ou pour Satan, et qui seraient encore là pour taper.... sur Vuitton ? Bref, garder un peu de capacité à la 'paranoïa', n'est pas inutile. Surtout que comme disait une pute fatiguée au lendemain d'une grosse partouze 'on est pas encore sorti de l'auberge'.
  3. Les groupes de pression sont une réalité, les lobbies aussi. Si vous prenez le pouvoir, remodelant ainsi l'état de façon à ce qu'il soit efficace en terme de représentation du peuple, il vous restera encore à tenir compte de la réalité de l'existence. Même debout, la France n'en restera pas moins sise dans le monde actuel, et ce monde regorge de mafias diverses et variées, vous ne les ferez pas disparaître, c'est sûr. Je donne l'exemple de la mafia en bout de course, mais il existe d'autres lobbies sur le chemin, l'église catholique par exemple, Ce que j'essaie de vous dire c'est que le peuple est un ensemble qui se divise de plein de façons différentes. Un jour vous êtes père de famille, le lendemain vous êtes un employé d'une entreprise, ou un avocat, vous êtes catholique ou musulman, ou encore anarchiste. L'état représente le peuple, mais négocie avec des groupes de pression qui font aussi partie de ce peuple, même si dans certains de leurs choix, ils semblent contrer les intérêts de ce dit peuple. Être représentant de l'état, c'est acquérir une expérience dans le fait de s'oublier soi-même, et de grandement relativiser les intérêts des particuliers. Un truc terrible. Et je ne vous parle pas des sectes de la fin du monde, et des trafics de plutonium à capacité militaire. Les flics qui vous font face sont encore flics sûrement car ils savent mieux que d'autres que sécurité de l'état, ce n'est pas juste la vaisselle à Brigitte, et que la faire passer d'un gouvernement à un autre, si cela doit se faire dans des conditions particulières, cela nécessite un gros effort collectif. Le mieux qui puisse arriver, c'est que tous ceux qui ont du courage se lèvent, se préparent à assumer de grandes responsabilités, et soient prêts à manger ce qu'on leur donne, même si leurs vies ne sont devenues qu'un gros paquet de dettes. Et c'est ce qui se passe, doit-on remercier Vuitton et ses clients pour cela ? Question métaphysique. Ce qui est sûr, c'est que vous aurez toute une bande flics arabes déguisés en nazis révolutionnaires (ou le contraire, je dois vous avouer ne plus vraiment savoir) qui seront ravis de prendre le relais si vous n'arrivez plus, et qui vous regarderont faire ce qui est nécessaire avec le plus grand des plaisirs. Le fait que la corruption soit allée aussi loin devient un avantage dans la mesure où cela nous unit de façon très large.
  4. Pour finir, un vrai psychopathe se nourrit de votre haine, et la haine ça fait trembler quand on vise un truc. Un tel individu se nourrit de votre haine, ça le fait jouir, car cela lui promet de nouvelles victoires. Ce qui est aussi vrai, c'est que le gouvernement actuel a sans doute misé sur l'épuisement de ce mouvement. Je pense que cela ne risque pas d'arriver, puisque quand la France se réveille, ça fait mal. Je me permets enfin de vous signifier que faire la part des choses est vital, ne pas tout mélanger l'est aussi. Les gens comme Macron, Philippe, et Castaner ne peuvent pas être taxés d'être le mal absolu. Si un état d'urgence est décrété, n'allez pas automatiquement penser que c'est pour trouver une excuse pour que l'armée vous tire dessus. Pas de panique, vous devez savoir que la France a des ennemis, et que s'introduire dans les rangs des gilets pour faire un attentat n'est pas une hypothèse farfelue. Ca peut arriver, de plus la colère monte et certains rêvent de prendre l'Elysée, on ne peut pas vraiment les blâmer pour cela, il est toutefois normal que si cela est tenté, une réponse militaire de l'Elysée s'en suive.

Tout cela étant dit, j'en tire la conclusion que si le peuple se lève pour changer les choses afin de ne pas finir en chair à canons, il devra laisser ses illusions de côté, et faire face à la vérité, vérité qui est croyez moi bien plus ignoble que ce que le commun des mortels sait. Et on en apprend tous les jours. Loin de moi l'idée de vous décourager, mais je tenais quand-même à vous le dire. Cet aspect ignoble de notre histoire récente n'est pas de nature à vous rendre fou une fois constaté, mais il est de nature à déterminer votre 'grade' face aux responsabilités. A l'image de ce gilet jaune qui s'est vu montrer des documents secrets avec une clause de confidentialité, et qui avertit ses camarades de certains dangers énormes qui planent et qui font nécessairement que vous êtes menacés de mort une fois que vous en avez conscience. Alors bon comme je le dis toujours, on meurt tous à la fin de notre vie, mais ce qui nous rend service cette fois-ci, c'est que nous étions tous sacrifiés, tous ensemble. Je me sens moins seul maintenant je dois vous avouer. Nous nous battons vraiment pour notre survie, mais aussi pour la vie en général. Nous sommes tous ensemble assis sur un trône invisible, celui de la plus grande vérité la plus noble. Rien à perdre, tout à gagner. Encore une chose, il y a parmi vous largement assez d'éducation, de connaissance et de culture, et même plus qu'il n'en faut. Passer son temps à sniffer de la coke, ou participer à des partouzes ne rend pas plus intelligent, tout cela se faisait parce que c'est tout ce qu'ils avaient trouvé pour ne pas regarder en face avec courage la situation dans laquelle ils se trouvaient. En avoir conçu de l'orgueil, pour tenter de cacher leur honte, c'est cela qui fait que maintenant, vous devez les remettre à leur place, ou prendre la leur.

De mon côté je laisse donc encore une fois la douleur, la colère, la tristesse derrière moi, et reprends le fil de mes recherches, de mes réflexions et de mes efforts dans le but de pouvoir protéger le plus grand nombre des horreurs auxquelles il avait été abandonnés sans raison valable.



mercredi 28 novembre 2018

Soins du visage, thérapie lumineuse


Les radars sont massivement 'vandalisés'.

Avant que les médias ne tournent cela en une sauce insipide de 'vandalisme', de 'déprédation de bien public' et autres constatations inconscientes du contexte juridique réel en cause dans ce phénomène clairement populaire, je me permets justement de préciser quelques détails juridiques indéniables.

Lorsque vous roulez, il vaut mieux regarder la route. Vérifier toutes les 15 secondes sa vitesse sur le compteur représente un danger évident. Roulez 10kmh en dessous et vous verrez les gens s'agglutiner à votre pare-choc, c'est stressant, c'est dangereux.

Mettre une limite de tolérance à 5kmh n'est pas suffisant, pas la peine de s'étendre sur le sujet, le temps de remettre les gaz, et hop, on est dans la zone bénéficiaire. Les gens le savent tous, 'c'est pour remplir les caisses de l'état.' Oui, sans doute, mais c'est surtout dangereux. Et je ne suis pas là pour imaginer les calculs nécessaires pour rendre à la conduite son caractère 'agréable', mais nul doute que cesser de 'maximiser le bénéfice espéré' ne peut ici que donner des morts en plus. Donc là, la neutralisation de la plupart de ces radars est un geste logique dans son but, bien qu'un peu brutal son application récente. Il s'agit ici bien sûr de changer la loi sur la circulation, ou les dispositions policières concernant la répression.
Et je pense bien sûr que des radars à proximité des écoles, ou avant les points sensibles en terme de sécurité routière, sont des endroits où ils sont une bénédiction angélique.
Mais au milieu du bout droit de 10 km, lorsqu'il n'y a personne, on attend plus de mettre une bûche au type dans sa BMW M3 qui roule à 180 au lieu de 80, plus que la dame âgée qui vient de laisser glisser sa voiture au delà des 86. Hein ? On est d'accord ? Et faire de la thune de façon statistique avec ce genre de 'clients', vous appelez cela comment ? Les français on décidé, ils ont dit : 'DU RACKET' !

Juste, compris, terminé.

La méthode d'extraction de ces champignons métalliques a beau être brutale, elle est néanmoins justifiée, puisque du côté du gouvernement, c'est un peu le 'cause toujours tu m'intéresses'.

Quand à dire que le matériel est détruit oui, ou neutralisé encore, oui, mais vandalisé, non.
Ce matériel est utilisé de façon délictueuse, le gvnmt laisse cela se faire, le matériel est donc neutralisé. Ce serait plus élégant, et moins cher, de le démonter proprement, mais je crois bien que c'est par manque de temps que la méthode a évolué vers quelque chose de plus tactique, de plus sportif. Détail de l'histoire.

Il s'agissait ici de simplement de mettre fin à un racket dangereux. Il est bien entendu que changer la loi dans ce sens est donc attendu en réponse du pouvoir dans le moyen terme.
Le peuple a parlé, point final.

Et pour votre gouverne, illuminée qu'elle est par la joie de la connaissance des équations concernant le choc mou en physique classique, il est clair que se faire coller au cul par un gros tas de métal conduit par un abruti dans sa camionnette à 10 mètres de vous quand on roule à 120... c'est un peu un truc qui rentre dans la catégorie 'tentative d'assassinat' plus qu'autre choses... donc les flics ne devraient pas être occupés à lazériser vos paupières de façe, mais à rouler en banalisée pour coller tous les empaffés schyzophrènes qui vous collent au cul. Ces gens sont des assassins, point final, conscients ou pas. On est en droit de se demander pourquoi rien à ma connaissance n'a été fait pour tenir compte du fait que violer la distance de sécurité d'une telle façon est une mise en mise en danger volontaire de la vie d'autrui.
Y a un gros tas de gens qui devraient être virés sous le prétexte d'être dangereux pour eux-même et la société.
A Ciao et à bientôt



Un peu de moutarde fonctionnelle?


Si j'ai bien compris ce que les français avec qui j'ai discuté de ce sujet m'ont dit, ou ce que j'ai pu glaner sur les réseaux, l'état français est devenu une machine à siphonner l'argent des français pour le compte d'une petite clique de gens que nous qualifierons de 'mystérieux' pour le moment pour la simple et bonne raison qu'ils ne sont que rarement clairement définis socialement. Ils sont difficiles à coincer si vous voulez.

Le destin a fait que je me sois retrouvé 'dans la nature' sans aucun moyen de subsistance autre que la solidarité, peu de temps avant les événements que nous vivons aujourd'hui, j'ai nommé le soulèvement des gilets jaunes. Je suis donc très bien placé pour comprendre la douleur des gens dont les revenus ne suffisent pas pour vivre décemment. De mon côté, cette situation personnelle des plus difficiles était due à une 'guerre de famille' dont j'ai été la victime pour des raisons d'opinions, de convictions, et d'intégrité (relative bien entendu). La plupart des français dont la grogne monte ces jours-ci ont pour leur part une raison principale de se lever dans la protestation, c'est que leur vie est devenue 'non-fonctionnelle'. Elle perd son sens de la même façon que vous pouvez encore rouler avec une voiture qui n'a que trois roues, mais ce n'est pas ce qu'il y a de plus facile, et si il se trouve que votre roue vous a été volée par l'huissier de justice avec de faux prétextes, il est inévitable de sentir la moutarde vous monter au nez, une fois l'effet de surprise passé. La deuxième raison c'est que si ils se sont fait voler, c'est qu'ils n'étaient protégés par aucune 'société', par aucune magouille, par aucune puissance étrangère. Ils se sont donc retrouvés dans l'obligation de se soulever afin de la constituer eux-mêmes, cette société pas secrète, sans magouille, et qui constitue en soi une puissance au rayonnement international, j'ai nommé le peuple français.

« Tout augmente, ce n'est plus possible, ils sont déconnectés, ils ne nous écoutent pas, ils nous mentent, il ne nous reste rien pour vivre... »

De nombreux syndicats entrent en action, alors même que les gens ne font même plus confiance à ce genre de mécanismes sociaux. Le pouvoir en place (cf définition floue donnée plus haut), essaie d'utiliser les vieilles méthodes pour 'écraser la révolte', et la police dont les voitures sont pourries, et les retraites sûrement placées en bourse par d'autres, et sur des marchés risqués, se retrouve presque à devoir se matraquer elle-même, puisqu'elle se plaint exactement des mêmes choses que les gens qui sont en face. Le paradoxe est là puisqu'il est normal de continuer à défendre les institutions, ils ne vont quand-même pas laisser les gars les plus musclés et motivés aller donner une punition bien méritée pourtant à ces gens qui composent le gouvernement. Il ne sert à rien de déraper, et de tenter de sortir Macron par les cheveux dans la rue. Mais il est nécessaire que le peuple se soulève pour obtenir justice. Macron n'est pas responsable de tout, les gilets l'ont bien compris, qualifiant cette dernière hausse des taxes de 'goutte d'eau'. Il représente toutefois à la perfection les gens dont il défend les intérêts. Jeune premier au cerveau plein de grands mots, et maîtrisant à la perfection l'aspersion de perlimpinpin.

Mais plus que son pouvoir d'hypnothérapeute, ce dont je me méfie de mon côté, c'est de son pouvoir de provocation, ou plutôt du pouvoir de provocation des gens derrière lui, pour être exact.
Vous coller une volée de taxes de cet acabit, c'est un peu se foutre de vous, pour être honnête. C'est un peu comme dire à une personne menottée et couchée à terre de 'prendre sa voiture et de partir d'ici'. C'est à mi-chemin entre la torture psychologique, et la provocation diabolique.
Je ne viens pas dire ici que se soulever correspondrait à tomber dans le piège du diable, mais comme un flic face à un dérangé suicidaire qui vous insulte en agitant un couteau, il est nécessaire d'intervenir, mais il est encore plus nécessaire de ne même pas penser à l'insulte. Il faut absolument chasser cela de notre esprit. Le flic ici c'est les gens, le malade avec son couteau, c'est une certaine élite financière qui affiche 'ouvertement' (pas dans les médias bien-entendu, mais dans les faits), son dédain pour la notion de 'France'.


Ce qui se passe en France maintenant est extrêmement positif, ce mouvement donne des résultats inespérés, de mon point de vue, et dites-vous bien de toute façon qu'il n'y a pas le choix, puisque vos vies sont devenues non-fonctionnelles. Ca ne marche plus, kaput...
Donc dehors, soulèvement, imposition de limites infranchissables, et analyse de la situation réelle. Bref, prise en main de la voiture qui était clairement conduite par un alcoolique suicidaire. Je parle ici de cette clique financière.
N'allez pas penser que je définisse toute la finance comme un ennemi, je vous le dis les limites du secteur de l'ennemi sont floues. Mais sortir les dossiers les plus brûlants et en trouver les coupables permet de parcourir ce territoire tout en en balisant les frontières.
On ne prête pas sa femme, on ne confie pas son argent à des voleurs, et les gens suivis pour troubles graves de la personnalité ne doivent pas être nommés à la tête du pays.

Selon moi, le soulèvement que nous constatons doit avoir pour but de résoudre en premier lieu les principaux dossiers criminels qui sont une plaie à la gorge du peuple. Ensuite il s'agit de protéger ce dernier contre la résurgence de ce type de criminalité d'état dans de pareilles proportions. Pour ce faire il est nécessaire de redonner le pouvoir au peuple, car cela est inévitable. La perte progressive de ce pouvoir n'a généré qu'une seule chose, la lente croissance de la colère, ce n'est pas possible autrement, et c'est ce que l'on constate.

Moi je sais ce qu'ils avaient en tête, les gens de cette clique, pour tous ces gens qui composent la France, mais je préfère le garder pour moi, afin de ne pas mettre de l'huile sur le feu. Et je sais bien que beaucoup de français le savent au fond d'eux, et que quelque part, leur soulèvement est plus dû à cela qu'aux taxes sur le pétrole. Quand on se rend compte que votre gouvernement ne vous aime pas du tout, se fout de votre gueule, et vous écrase, que voulez-vous faire d'autre ? C'est un peu l'effet que cela m'a fait de me rendre compte que ma mère ne m'aimait pas du tout, cherchait à détruire ma réputation, et avait passé ses ordres pour que je disparaisse dans un 'accident'.